Site des Radicaux de Gauche Rémois
Site des Radicaux de Gauche Rémois

Grand musée : lettre ouverte à la Présidente de l'association GMB suite aux annonces du Maire de Reims

Publié le 7 décembre 2014

 

Madame la Présidente, chère Marie
 
Comme adhérent, mais aussi comme élu municipal, je suis surpris voire consterné, et déçu, des annonces du Maire de Reims.
 
Surpris du flou et des revirements permanents d'Arnaud Robinet depuis plus d'un an sur ce projet pourtant emblématique d'une ville qui se veut attractive.
 
Surpris de la faiblesse des arguments utilisés pour justifier cette décision. Car contrairement à ce que le Maire a indiqué, les dotations d'Etat ne baisseront pas de 72 millions d'euros mais de 46 millions d'euros. Certes cette baisse reste forte, mais les adhérents du GMB ont droit à la vérité et à la transparence : les 26 millions de différence qu'on nous cache  permettaient vraisemblablement le financement du projet. Mais ils seront investis sur d'autres priorités municipales que le musée. 
 
Consterné qu'une telle décision puisse se prendre sans jamais avoir rencontré l'architecte du cabinet Chipperfield qui a conçu le projet du Boulingrin, adopté à l'unanimité. 
 
Surpris du choix de revenir vers l'actuel Musée des Beaux Arts alors que tout le monde sait que, parmi l'ensemble des options possibles, celle ci est à la fois la plus coûteuse et la plus complexe à réaliser.
 
Surpris de la séparation du projet Musée et du projet Foujita qui engendrera des coûts de fonctionnement supplémentaires inutiles. 
 
La déception est à la hauteur de l'ambition que portait ce magnifique projet de Grand Musée pour Reims, notre région et le nord est de la France.
 
Finalement ce qui frappe, au delà des contraintes financières, est le manque d'ambition de la nouvelle équipe municipale. Les nombreux départs d'acteurs culturels, dont celui de David Liot, ne font que confirmer ce triste constat. 
 
Amicalement, 

Frédéric Bardoux

Retour sur la Conseil Municipal du 29 septembre 

Publié le 1er octobre

 

Le conseil municipal de rentrée s'est tenu lundi 29 septembre.

Six mois après l'élection, et presque 3 mois après le précédent conseil municipal, les élus ont siégé pendant seulement 85 minutes révélant hélas le manque de projets de la nouvelle majorité.
L'idéologie et la communication priment hélas depuis 6 mois sur le pragmatisme et le travail de fond. On ne peut se contenter de mesures de pur affichage, souvent très couteuses pour le budget de la ville et pour les Rémois.
Deux sujets l'ont illustré à nouveau lors du dernier conseil :
- La baisse temporaire de taxe foncière pour travaux d'efficacité énergétique et pour la construction de logements 'Haute Performance Environnementale' : 
Cette disposition est permise par le code général de impôts. Elle permet aux communes de participer concrètement à la lutte contre la précarité énergétique et contre le réchauffement climatique.
Mais alors que la loi sur la transition énergétique est débattue à l'Assemblée, que les coûts de l'énergie augmentent, que plus 8 millions de Français ont du mal à payer leurs factures de chauffage et d'électricité, pas un mot du maire et de la majorité municipale sur ces questions ! Pas un mot pour les familles en précarité, pas une idée pour repositionner cette mesure dans une stratégie de transition énergétique. Le maire ne parle que de baisse de la fiscalité locale (!!!!)
Et lorsque l'on se place sur un terrain purement budgétaire en interrogeant le maire sur le coût estimé de cette mesure pour les finances de la ville, celui ci reconnait qu'il n'en sait rien, qu'aucune simulation n'a été réalisée.
Il est bien dommage qu'une mesure a priori intéressante soit dénaturée, isolée de son contexte, et décidée sans aucune stratégie énergétique pour la ville et pour les Rémois.
Des dispositifs d'accompagnement seraient pourtant indispensables pour éviter les effets d'aubaine, et que l'argent public ne soit pas capté par les familles aisées ayant déjà les moyens d'investir sans subvention : cibler les aides, identifier les passoires énergétiques, aider les familles en précarité à investir et les accompagner, voire plafonner l'exonération.
- Le passage de 30mn à 60mn de gratuité dans les parkings souterrains:
Pour compenser la gratuité d'une heure auprès du gestionnaire privé des parkings, le maire est prêt à engager près de 700 000 euros d'argent public.
Les montants importants en jeu obligent à s'interroger :
Toutes les grandes villes Françaises ont mis en place depuis 20 ans des stratégies pour rééquilibrer l'usage de la voiture: développement des modes de déplacement doux et non polluants, développement du transport collectif, piétonnisation de rues, limitations de vitesses etc. 
On constate donc logiquement une baisse du nombre de personnes utilisant leur voiture pour se rendre en centre ville, au profit des autres modes de transport, et donc mécaniquement une réduction de l'usage des parkings. 
A Reims, la fréquentation des parkings souterrains en 5 ans a baissé d'un peu plus 10%. Le même phénomène est constaté à Bordeaux, Strasbourg, Toulouse etc. Alors faut-il, comme le maire, expliquer la baisse de fréquentation des commerces de centre ville par le manque de voitures ? 
Nous ne le croyons pas ! 
La baisse de fréquentation du commerce de centre ville mais aussi des faubourgs nous inquiète. Elle a des causes multiples dont une, centrale : le coût trop élevé des baux commerciaux et des loyers qui maintiennent des friches commerciales trop nombreuses en plein centre. Tout cela exige du courage politique et bien plus qu'une simple mesure de gratuité des parkings. 
Personne ne peut croire que la gratuité d'une heure apportera mécaniquement un chiffre d'affaire supplémentaire aux commerçants.
Et quelle incohérence de soutenir le retour des voitures en ville à grand frais (jusqu'à 700 000 euros!) alors que parallèlement le transport collectif Citura accuse un déficit de fonctionnement de 12 M€ ! 
Les radicaux, soutien historique du commerce de proximité porteur de lien social, ont des propositions précises à faire.
Nous demandons qu'un Plan Grand Centre de redynamisation du commerce de centre ville et des faubourgs soit mis en oeuvre. L'un des objectifs de ce plan doit être de réduire les coûts de baux et des loyers, et réduire les friches commerciales indignes d'une grande ville comme Reims. 
Frédéric BARDOUX
Conseiller Municipal PRG

Spectacle 14/18 sur la façade de l'Hotel de Ville : Délibération illégale et soupçon de favoritisme


Conseil Municipal du 7 juillet 2014 - Publié le 9 juillet

 

 

L'opposition municipale avait indiqué dès le mois d'avril qu'elle serait vigilante et exigeante. Le Conseil Municipal du 7 juillet a permis de le démontrer.

 

Suite à l'annonce par le maire - sans aucune explication - du retrait d'une délibération importante (par son montant) et pourtant urgente (car la publicité du spectacle était déjà diffusée dans le magazine municipal ! Cf image), le président de l'intergroupe d'opposition Eric QUENARD a tenu à apporter au Conseil les éléments expliquant l'illégalité et les graves soupçons pesant sur cette délibération (lire l'article ci dessous résumant les faits). Il a également rappelé que l'association Reims en Fêtes, destinée à porter le projet de spectacle et dont tous les Rémois connaissent l'engagement et la probité, n'était en rien à l'origine du problème mais risquait au contraire d'être victime des décisions hasardeuses du Maire.

Inutile de dire que beaucoup de conseillers municipaux, y compris sur les bancs de la majorité, ont été surpris par ces informations qu'ils découvraient.

 

La question qui se pose maintenant est de savoir si le spectacle va pouvoir se tenir comme prévu début août.

L'opposition municipale continuera à suivre ce dossier et vous informer.

 

 

 

Lire l'article publié par l'Union Ardennais à ce sujet 

Grand Musée : un projet culturel, économique et touristique majeur pour tous les Rémois


Intervention au Conseil Municipal du 7 juillet 2014 - Publié le 8 juillet

 

 

Monsieur le Maire, chers collègues

 

Monsieur le maire, vous avez été élu le 30 mars soit il y a très exactement 100 jours.

 

100 jours après votre élection donc, les élus et surtout les Rémois ne connaissent toujours rien de vos intentions concernant l’un des projets majeurs des prochaines années dans notre ville à savoir le nouveau Musée des Beaux Arts. Pendant la campagne électorale, déjà, votre position avait été c’est le moins que l’on puisse dire fluctuante. Pourtant aujourd’hui, au détour d’une DM, vous supprimez 500 000 euros de crédits d’investissements pour 2014 sur le Nouveau Musée.

 

Votre position devait initialement être annoncée fin juin, puis fin juillet et les derniers articles de presse évoquaient désormais le mois de septembre.

 

Avec mes collègues de l’opposition, nous ne vous tenons pas rigueur de ces 3 mois de retard s’ils sont utilisés à mettre en place une concertation. Du moins s’il s’agit d’une vraie concertation !

 

J’avais personnellement appelé à plusieurs reprises à une très large concertation avec l’ensemble des acteurs (un Grenelle du Musée) et à rassembler nos forces autour du projet de Musée.

 

Car ce projet n’est pas un projet partisan :

 

Il s’agit d’un projet majeur pour l’attractivité de notre ville et plus largement de la Champagne Ardenne. Ce n’est pas seulement ce que nous disons, mais c’est aussi ce qu’explique le Préfet de région.

 

Il offrira un puissant levier au développement économique, touristique et commercial Rémois. Avec un objectif de 200 000 visiteurs par an, dont les 2/3 extérieurs à la région, l’effet sur les secteurs du commerce et de l’hôtellerie auquel vous êtes, comme nous, attachés sera considérable.

 

Voilà pourquoi le nouveau grand musée doit pouvoir rassembler l’ensemble des élus et des acteurs associatifs, culturels et économiques du territoire.

 

Monsieur le Maire, un choix clair est maintenant nécessaire. Et il est incontournable. 

-   L’état de l’actuel musée des Beaux Arts ne permet plus d’attendre : le batiment se détériore et de nombreuses œuvres, parmi les plus prestigieuses, n’y sont  déjà plus exposées (je pense aux Camille Corot et aux  portraits de Cranach…).

 

-          -   La DRAC, et donc l’Etat, via le Préfet de Région, ont confirmé leur engagement de 7 950 000 € mais attendent la confirmation des engagements pris par la Ville avant le 31 décembre. La région est prête à accompagner pour une somme équivalente : dites moi quel autre projet à Reims peut obtenir près de 16 M€ de subventions publiques aujourd’hui ?

 

-          -    Les administrateurs de la donation FOUJITA s’inquiètent. Séparer la présentation des œuvres de Foujita du projet de Nouveau Musée serait d’ailleurs une mauvaise orientation : la salle Foujita doit en effet devenir l’un des éléments d’attraction majeurs du nouveau musée. A lui seul le tourisme Japonais à Reims, qui progresse déjà chaque année, pourrait représenter demain autant que le nombre total de visiteurs du musée actuel !

 

-          Le projet au Boulingrin est très avancé : l’étude de programmation a été faite, la maitrise d’œuvre attribuée de manière consensuelle à un très grand architecte, le permis de construire déposé le 31 octobre dernier, l’avant-projet détaillé est terminé. Mais nous savons tous qu’il reste encore bcp de travail.

Vous le savez, l’alternative consistant à rénover le Musée actuel  ne peut être une option. Elle a été étudiée et repoussée à plusieurs reprises. Compte tenu du coût et du problème de transfert des œuvres pendant les travaux, son coût total serait supérieur à 55 millions d’euros HT, soit presque autant que la construction d’un nouveau musée.

 

Alors que le projet de Centre Aquatique passe désormais sous la responsabilité de l’agglo et de sa présidente Catherine Vautrin -  ce qui est logique - il est nécessaire que notre ville, si elle veut entrer dans la cour des grandes capitales régionales, dispose d’un projet d’envergure, attractif et mobilisateur. Ce projet existe : il vous a été légué par vos prédécesseurs Mr Falala puis Mr Schneiter, suite aux études qu’ils avaient déjà engagées, et a progressé de manière décisive grâce à Adeline Hazan et son équipe. Ce projet, c’est le Grand Musée du Boulingrin.

 

Donc Mr le Maire, j’ai 3 questions :

-  Allez vous saisir le témoin qui vous est tendu et vous engager dans ce projet  économique, touristique et culturel majeur ?

-  Quels acteurs avez-vous rencontré lors de ces 100 jours et en particulier avez-vous rencontré l’architecte David Chipperfield et les scénographes qui  pourraient vous expliquer la pertinence du lieu choisi ?

-  Enfin, quelle est votre vision et votre décision sur le nouveau Musée des Beaux Arts, incontournable pour Reims?

 

Merci

Frédéric Bardoux

 

Réponses du maire (résumé)

ndlr: ceci est la première communication officielle du maire au conseil municipal concernant le projet de nouveau musée

- Je suis conscient de l'importance et de l'impact du projet pour Reims

- Le passage du Centre Aquatique à l'agglo libère effectivement des ressources financières nouvelles

- Nous avons consulté l'Association GMB, l'Association des Amis du Musée et le directeur du musée (ndlr: c'est un minimum après 100 jours !! Et confirme malheureusemennt que l'architecte n'a pas été rencontré)

- Vous n'avez aucune crainte à avoir. Nous travaillons sur des pistes à court moyen et long terme

- Nous ferons des annonces courant septembre mais nous avons le temps.

 

 

Allons la campagne est terminée

Publié le 13 juin 2014

 

Allons Monsieur le Maire, la campagne électorale est terminée

 

A la lecture de l'édito du nouveau maire de Reims dans le magazine VRI, nous sommes partagés entre le sourire et l’étonnement. Le maire croit-il sérieusement à ce qu'il écrit ? 

 

En ces temps difficiles, l’action municipale mérite mieux qu'une communication politicienne faite de slogans. Prenons deux points de cet édito d'Arnaud Robinet qui surprennent voire qui choquent certains :

 

Lire la suite

 

 

  

Oui à la "Champicardie"

Une opportunité unique pour Reims, future capitale régionale

 

Le Président de la République vient de présenter la carte des futures régions. Plus grandes, plus fortes, dotées de compétences bientôt élargies, ces nouvelles régions vont gagner en efficacité et mettre notre pays en mouvement. Cette réforme était attendue depuis 20 ans, elle est enfin à portée de main.

 

Même si l’essentiel de la réforme - et des économies qu’elle pourra générer – tient à la future clarification des compétences, les radicaux de Gauche Rémois se félicitent du rapprochement annoncé de la Picardie et de la Champagne Ardenne.

 

Lire la suite 

Rejoignez le PRG Rémois

Une nouvelle gauche, fière de son histoire et tournée vers l'avenir

 

Fiers d’une longue histoire, les Radicaux de Gauche sont très attachés aux valeurs fondamentales de la République « Liberté, Egalité, Fraternité » et laicité.

 

Dans la période difficile que traversent notre pays et nos habitants, face à la montée des extrémismes et du populisme, à une droite toujours plus dure, les valeurs portées par les Radicaux, loin d’être des vestiges du passé, doivent au contraire permettre de rassembler notre pays et ses habitants.

 

Les radicaux sont porteurs de tolérance, militent pour le droit à la différence, contre le communautarisme et toute forme de racisme et travaillent à la mise en place d’une société plus juste et plus solidaire.

 

Nous sommes favorables à une économie de marché mise au service de l’Homme, et nous prononçons pour une société ...

 

Lire la suite

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Tweets de PRG Reims @PRGReims
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© PRG Reims 2014 - FBx